• Mathieu Marchand

Covid-19 au Québec: Avons-nous été si efficace dans le confinement?

Mis à jour : avr. 19

En travaillant à mettre à jour mon modèle et mes prévisions que j'ai présenté ici (version technique ici), je me suis amusé à regarder les analyses publiées par Google de plus près. Ils ont enfin publié les données téléchargeables en format .csv si vous voulez creuser vous-même.


Vous savez cette analyse qui nous a mérité des félicitations comme de quoi le Québec était la région la plus disciplinée en Amérique du Nord?


Et bien, c'est encore vrai, mais pas de beaucoup. L'adaptation a surtout été TRÈS graduelle, ce qui pourrait expliquer la déception devant nos résultats des derniers jours.


Google suit nos déplacements, que nous faisons pratiquement tout le temps avec nos téléphones sur nous. Le point de départ est de 1. Ça veut dire: quand nous avions nos vies normales, notre moyenne de déplacements étaient 1. Si on se déplace plus, on monte plus haut que 1. Et inversement, si on se déplacement, la mesure descend. La mesure est un pourcentage (à 1,20, on se déplace 20% plus que normalement, à 0,60, on se déplace 40% moins). Google établit 5 grandes catégories:


  • Commerces généraux et lieux de loisirs

  • Épiceries et pharmacies

  • Parcs

  • Transport en commun

  • Lieux de travail



Regardez le beau petit bump orange du 11 au 14 mars. C'est la fin de semaine du Costco, où nous nous sommes collectivement garochés jusqu'à 30% plus qu'à l'habitude. Ça les amis, c'est 30% plus de chance de rencontrer un porteur du coronavirus, tout frais revenu de voyage! Il y en a eu! On a vu la mortalité augmenter 24 jours plus tard.


Les transports en commun et les lieux de travail sont des vecteurs de propagation important. Les transports en commun (ligne jaune) ont chuté le plus rapidement depuis le 11 mars, pour se maintenir autour de 30% de leur utilisation normale présentement. Les lieux de travail (bleu pâle): c'est seulement un Québécois sur deux qui ne s'y rend plus. Je croyais naïvement que c'était plus que ça.


(Parenthèse: si la moitié des Québécois se rendent encore sur leurs lieux de travail, en supposant que la moitié de l'autre moitié a accès au télétravail, ça nous donne une approximation de l'ordre de grandeur du chômage actuel: 25%.)


Indice synthétique de mobilité


J'ai regroupé toutes ces courbes avec une simple moyenne. L'intérêt, c'est le lent délais que ça a pris avant d'atteindre la pleine mesure du confinement. Du 11 au 29 mars, le confinement a été progressif. Pensez-y: presque 3 semaines! L'ajustement a été lent, et, on le voit par la mortalité aujourd'hui, le virus était déjà en circulation! Ça veut dire que pour encore une semaine environ, nous verrons les effet de cette lenteur sous la forme d'un nombre de décès encore plus élevé qu'on le voudrait.



Le résultat à la fin est aussi moins joyeux que je l'espérais. Nous avons collectivement eu les félicitations du premier ministre le 5 avril: lorsque nous étions au plus bas! Comme mes enfants une fois qu'ils ont eu leur récompense: il y a eu un léger relâchement ensuite!

Si bien que nous avons en fait atteint un plateau entre le 29 mars et le 11 avril, un plateau de seulement 56,6% de réduction de nos déplacements, en moyenne.

Dans mes modèles, je faisais l'hypothèse que nous étions confinés à 75%. Ce n'est pas le cas. Je ne sais pas si 56,6% est suffisant pour stopper ce virus. Mais cela peut au moins expliquer pourquoi nous n'avons pas encore les résultats que nous espérons.


J'ai intégré ces données dans mon modèle épidémiologique que je publierai cette semaine. La population susceptible d'attraper le virus (ligne bleue) est modélisée selon l'indice synthétique de mobilité Google que je viens de présenter. J'y ajouterai d'autres variables (isolation des malades, distanciation sociale etc.) et discuterai leurs effets.


Ce n'est pas toujours la faute du gouvernement!


J'aimerais profiter de l'occasion pour dire que ce n'est pas toujours la faute du gouvernement. Ces données, ce sont NOUS! Compris? Le bump du Costco. Le monde qui continuent d'aller au parc. Je ne sais pas qui va encore travailler (chanceux vous êtes), mais je ne pensais pas que 50% de l'économie était constituée de services essentiels. Je pense que collectivement, avec toutes nos belles paroles et nos belles intentions, nous avons beaucoup d'éléments qui ne respectent pas les règles. Qui ne font pas tous les efforts qu'il faudrait. Et nous en payons tous le prix.


Le modèle Chinois, c'est un confinement à presque que 100%. Je commence à me demander si on on devrait pas l'essayer 14 jours, plutôt que de vivre un long supplice de la goutte. L'économie aurait plus de chances de bien redémarrer après 2 semaines de hard shut-down qu'après deux mois de ce que nous avons. Nous devrions en discuter.


Si ça peut vous consoler, nous somme mieux que le reste du Canada en tout point, mais pas de beaucoup.

Si on se compare à l'Europe toutefois, nous ne sommes pas dans le coup! On voit clairement une distinction entre les comportements en Amérique du Nord (Québec, Canada, USA) et en Europe (Italie, Espagne, France). Nous sommes peut-être les plus Européens des Nord-Américains, mais nous sommes tout de même des Nord-Américains.


En ce moment, l'Italie et l'Espagne connaissent un déclin dans leur nombre de décès depuis 2 semaines, au prix de ce genre de confinement. À quoi pouvons nous nous attendre avec le nôtre?


Pour les USA.... j'ai peur. Je préfère ne pas y penser. Il faudra garder la frontière fermée pour un bout de temps.



D'ici là, prenez-soin de vous.

Arrêtez de chialer et donnez un dernier petit effort!



Mathieu Marchand

Le Vulgaire Économiste


©2020 par Mathieu Marchand - Le Vulgaire Économiste.
Créé avec Wix.com